Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 11:37

Saint-Laurent-Blangy.

Le réseau Sortir du nucléaire s'organise localement.

"RIEN À SIGNALER ?" PAS SI SÛR ...

Formée à Arras quelques jours après la catastrophe de Fukushima, la branche locale du réseau Sortir du nucléaire s'est réunie jeudi soir pour gonfler ses rangs et préparer ses premières actions.

 

"Le démantèlement des centrales est un problème de fond. Or, les médias les plus puissants étouffent le sujet avec celui de la grossesse de Carla", peut-on entendre dans les discussions avant que la réunion ne commence, le 30 juin dans les locaux de Sud Solidaires. Ce qui devait être un briefing préparatoire à  la rentrée n'a pu s'empêcher de virer au débat sur les centrales nucléaires.

Mais l'ambition du Réseau Sortir du nucléaire est justement, selon ses membres, de débattre, soulever les bonnes questions et faire connaître la vérité sur cette énergie qui fait autant la fierté de l'Etat français qu'elle suscite l'inquiétude de la population depuis la catastrophe de Fukushima.

À Arras, la branche locale a vu le jour à l'occasion d'une première réunion le 12 avril, soit un mois après les conséquences du séisme et du tsunami au Japon. "Nous avons été présents dans les marchés locaux pour nous faire connaître auprès des gens", explique Jean Pasqualini, membre du réseau local.

 

Un ciné débat prévu le 10 octobre.

 

Réseau qui compte pour le moment des partis politiques comme Europe-Ecologie/Les Verts, le Nouveau Parti Anticapitaliste, mais aussi des syndicats comme Sud Solidaires, les altermondialistes d'Attac, et des organisations locales comme Nord Nature. "Aujourd'hui, nous nous retrouvons pour préparer la rentrée, où nous commencerons nos premières actions", poursuit Jean Pasqualini.

L'après-midi même, ce dernier avait rencontré la responsable du Cinémovida d'Arras, en vue de la projection d'un film sur la sécurité et les conditions des travailleurs du nucléaire, intitulé RAS Rien à signaler. Ce long métrage de 58 minutes s'inscrira dans le cadre d'un ciné débat, avec l'intervention d'Alain Villain, conseiller scientifique au Conseil Régional, et d'un spécialiste de la filière nucléaire. "Nos collègues de Sud Solidaires vont nous aider à le trouver" assure Jean Pasqualini. La date a été choisi et arrêtée au 10 octobre. "Le film durera une heure, s'en suivront deux heures de débat."

D'ici là, pendant l'été, un gros travail de communication et de sensibilisation sera mené. "Nous percevons un accueil favorable, pas mal de gens viennent discuter avec nous."

La prochaine réunion du réseau a été fixée au 8 septembre à 18h30. A également été envisagée une mobilisation régionale autour de la centrale nucléaire de Gravelines avec les autres branches locales du réseau Sortir du nucléaire. "Si la coordination régionale arrive à se muscler, alors on pourra peut-être arriver à quelque chose", conclut Jean Pasqualini.

 

Pierrick JOUAN. L'Avenir de l'Artois. Mer-6-7-2011.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires