Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 16:17

 

Au jardin naturel, à Le Transloy.

"MAINTENANT, LES CLIENTS SONT CONVAINCUS".

 

Photos : 1) Cédric Pouillaude est éleveur de poules pondeuses bio depuis février 2007. 2) Dans le point de vente, les légumes de saison sont en première place.

 

Dans le Sud Arrageois, les agriculteurs sont nombreux, mais peu ont opté pour l'agriculture biologique. Contraignante, pas assez rentable, les raisons sont parfois multiples. Depuis 2002, le bio s'est pourtant invité entre Bertincourt et Le Transloy. Cédric Pouillaude produit, vend et élève en bio, à 100%.

Agriculteur, éleveur et commerçant, Cédric Pouillaude est tout cela à la fois. Pour lui, le bio s'est fait progressivement, et par conscience. Il s'est installé comme agriculteur, en famille, en 1998 ; puis en 2002, il a commencé sa reconversion en bio, avec une partie de son exploitation. Depuis 2004, l'ensemble de sa production est issue de l'agriculture et de l'élevage biologique. Sur dix hectares de terre, il cultive des produits destinés à la vente directe, dans son magasin de Le Transloy, ou pour le marché de Cambrai et divers points de vente. "J'ai commencé par produire des grandes cultures, céréales et autres pommes de terre, et des légumes de saisons. À l'époque, ce n'était pas du tout porteur, mais par éthique, pour l'environnement et pourla santé, la mienne et celle des consommateurs, j'ai élargi mon activité, décrit Cédric Pouillaude. L'agriculture intensive, à base de pesticides n'était pas pour moi."

Peu aidé lorsqu'il s'est installé en agriculture bio, Cédric Pouillaude avoue un instant de découragement, mais a su diversifier sa production. Depuis février 2007, il possède un élevage de poules pondeuses bio. "Elles sont obligées de courir dehors, il doit y avoir une poule pour 5 m2, et à l'intérieur, elles ne doivent pas être plus de six poules au mètre carré. Elles mangent sans OGM et bio à 95%. Pour les soins, je ne dois pas utiliser d'antibiotiques ni de médicaments, sauf en cas de gros problème, mais avec l'accord des organismes vétérinaires de contrôle", explique l'éleveur. Les soins se font donc à l'aide de plantes ou d'huiles essentielles. 3 000 poules pondeuses profitent d'un terrain et d'un bâtiment à Villers-au-Flos : trois fois par semaines, Cocorettes vient chercher 5 000 à 7 500 oeufs pour les commercialiser, le reste est vnedu au détail. "Les oeufs sont de meilleure qualité, il y a des vitamines en plus, et pas de produits chimiques. Et au niveau du goût, c'est meilleur aussi."

 

Beaucoup de travail à la main.

 

Après s'être occupé des poules, Cédric, les trois employés à mi-temps, et les deux personnes en contrat d'apprentissage, s'occupent des légumes et des grandes cultures : blé, féverole, plant de pommes de terre bio, racines d'endives, et de 20 à 30 types de légumes de saison, chou, épinard, mâche, poireaux, panés, topinambour, ... sont vendus au détail ou à des grossistes. Le jardin naturel fourni aussi parfois le marché de Rungis et travaille avec des biocoops. Sur le site internet de la ferme, on trouve aussi toute sorte de produits bio, des pâtes, en passant par des vêtements. "L'agriculture bio est beaucoup plus prenante. Ici, nous sommes fort diversifiés, c'est vrai. Nous n'utilisons pas de pesticide, pas de désherbage, pas d'insecticide. On fait beaucoup à la main, et même les récoltes". L'agriculteur s'est aussi lancé dans la biodynamie, une agriculture cherchant à redonner au sol sa vitalité et son énergie, pour "une plante qui se défend et se développe mieux". Installé dans un secteur peu développé en biologique, l'agriculteur n'a plus besoin aujourd'hui d'expliquer son travail. "Au début, on explique beaucoup comment on travaille. Maintenant, les clients sont convaincus et viennent naturellement".

Le bio (...) est devenu une vraie façon de vivre.

 

Le jardin naturel. 10, rue de l'église, 62450 Le Transloy. 03 21 24 27 75. 06 23 06 88 69.

le.jardin.naturel@gmail.com - http://www.ferme-bio.net

 

Au. D. L'Avenir de l'Artois. Mer-9-3-11.

Partager cet article

Repost 0

commentaires